Henri Michaux, Mouvements

 » Qui n’a voulu un jour
saisir plus, saisir mieux,
saisir autrement,
et les êtres et les choses,
pas avec des mots,
ni avec des phonèmes,
ni avec des onomatopées, mais avec des signes graphiques?
Qui n’a voulu un jour faire
un abécédaire, un bestiaire, et même tout un vocabulaire,
d’où le verbal entièrement serait exclu?  »
H. Michaux, Saisir, Fata Morgana, 1979

En 1951, Henri Michaux publie Mouvements ou le signe graphique devient langue et poésie. L’alternance de ces deux formes d’écriture est une constante son œuvre.
Alphabets 1943-44
Mouvements, 1951
Par la voix des rythmes, 1974
Par des traits, 1984

http://www.revue-textimage.com/05_varia_2/viguier1.html

Préface de Mouvements :
MichauxMouvements

Advertisements
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s