Louis-Antoine Caraccioli, Le livre à la mode

« L’ignorance, dont nous déplorons les effets, n’a peut-être d’autre cause que notre manière ridicule d’imprimer. Je suis convaincu que des pages toutes rouges ou toutes vertes auraient attiré une foule de lecteurs, et que tout le monde aurait lu les ouvrages mêmes les plus difficiles, si la couleur en eût été jolie. Tout a changé parmi nous, tout s’est perfectionné. On se meuble à la moderne, on s’habille à la moderne, on parle à la moderne, on se mouche à la moderne, on crache à la moderne : pourquoi n’imprimera-t-on pas à la moderne ? Pourquoi, tandis que nos cuisiniers lestes et tout à fait élégants, nous feront de jolis ragoûts, et nos auteurs de jolis ouvrages, nos imprimeurs gothiques seront-ils les seuls à mécaniser, comme nos bons pères qui ne connaissaient que le bon sens et la vertu ? […] Combien le gros dictionnaire de l’Encyclopédie n’aurait-il pas d’admirateurs, si chaque article était distingué par la couleur, et si toutes les lettres d’un seul mot avaient chacune leur nuance, et formaient une parole magnifiquement émaillée ? »

En 1757, Caraccioli propose son premier « Livre à la Mode », publié « A Verte Feuille », par l’imprimerie du Printemps, au Perroquet, en « l’année nouvelle », qui est entièrement dans un beau vert émeraude.
Deux ans plus tard, en 1759, devant le succès de ce premier opuscule, Caraccioli récidive avec un deuxième « Livre à la Mode », imprimé intégralement en rouge vermillon/rose; puis avec un troisième « Livre à la Mode », imprimé entièrement en jaune.
En 1760, il bouclera la boucle avec l’incroyable « Livre de Quatre Couleurs », « Aux Quatre Eléments, de l’imprimerie des Quatre Saisons, en 4444 ». Cette fois-ci l’ouvrage est imprimé en 4 couleurs : une préface en jaune orangé, une partie en bleu turquoise, une partie en marron, une partie en rouge écarlate, et une dernière partie en jaune orangé.
L’ouvrage est un petit bijou, qu’il faut vraiment avoir tenu dans ses mains pour réaliser combien il est unique par rapport à toute la production typographique du 18ème.

Advertisements
Cet article a été publié dans Littérature. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s