William S. Burroughs, Le Festin nu

Paru pour la première fois à Paris en 1959, Le Festin nu est conçu en partie en utilisant la technique du cut-up que William Burrough avait imaginé avec Brion Gysin qui consiste à découper au hasard un texte déjà existant et à le réarranger pour produire un nouveau texte.Burroughs explique le principe dans un film documentaire.
Quatrième de couverture (coll l’imaginaire, Gallimard) : Ce livre, longtemps interdit, est devenu légendaire. Le festin nu est une descente aux enfers de la drogue – morphine, héroïne, cocaïne, opium… Sujétion, délivrance et rechute, tel est le cycle qui constitue l’un des problèmes du monde moderne. suite d’épisodes enchevêtrés et disparates où se mêlent hallucinations et métamorphoses, clowneries surréalistes et scènes d’horreur à l’état pur, cauchemars et délires poético-scientifiques, érotisme et perversions, le festin nu est d’une veine à la fois terrifiante, macabre, et d’un comique presque insoutenable.

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s