Balzac, Physiologie du mariage

De Retour des Rencontres de Lure 2014. (Où l’on suit avec attention, depuis plus de 60 ans, les métamorphoses de la typographie, de ses racines à ses usages, jusqu’à ses nouvelles applications numériques). Toutes les usagers et amoureux de la lettre s’y croisent : on y parle autant de graphisme, de calligraphie, de littérature, de code ou de dramaturgie, que de psychanalyse, d’éducation, de philosophie ou d’édition.
Avec la typographie comme point de rencontre.
Plusieurs intervenants ont évoqué directement les liens entre littérature et typographie.

Emmanuel Souchier nous a présenté notamment ses recherches en cours sur La physiologie du mariage de Honoré de Balzac (édition Charpentier de 1838) et ses hypothèses sur le sens de quelques pages de la méditation XXV, composées de caractères typographiques sans logique de sens, parfois à lenvers, et de blancs marqués par des bandes noires en haut et en bas.
Depuis la parution du livre, en 1829, on a cherché à élucider ce qui aurait pu être un message crypté, à code, mais toutes les tentatives ont échouées. Emmanuel Souchier préfère parler de «carnaval typographique» que de cryptogramme. Le carnaval est un rite de passage, une licence masquée. On peut y voir une sorte d’invitation au lecteur à lire entre les lignes, à sapproprier cet espace. E. Souchier introduit le concept d’hétérotopie (élaboré par Michel Foucault en 1967), lieu symbolique du texte ou la relation devient possible entre lauteur, lœuvre, léditeur et le lecteur. «Un espace d’énonciation éditoriale.»
Parallèlement à ses activités d’écrivain, Balzac est pendant un temps éditeur-imprimeur et même fondeur de caractères. («J’ai oublié l’homme de lettre, il a fait place à l’homme de lettres de plomb.») C’est une époque de doutes. Il n’est pas encore sûr de sa vocation d’écrivain, et ses nouvelles activités n’ont pas non plus le succès commercial espéré.  Il a lui-même composé une partie de La physiologie du Mariage dans son atelier, alors que son imprimerie est proche de la faillite. Il a une conscience claire de la matérialité du texte, de la présence physique des signes typographiques.

Emmanuel Souchier propose de prendre ce jeu de lettres (de lêtre) au sérieux.
Dans un Errata placé en fin d’ouvrage, Balzac en donne en quelque sorte les règles :
«Pages 319, 320 et 321.
Pour bien comprendre le sens de ces pages, un lecteur honnête homme doit en relire les principaux passages ; car l’auteur y a mis toute sa pensée. Dans presque tous les endroits du livre ou la matière peut paraître sérieuse, et dans tous ceux où elle semble boufonne, équivoquez.»
Equivoquez. Ordre est donné au lecteur de jouer le jeu de la littérature, d’intégrer le processus littéraire. D‘agir sur le texte par la pensée à la manière de l’art ancien de la contrepetrie qui consiste à échanger une lettre contre une autre pour renverser le sens.
La littérature comme la typographie sont des jeux de lettres.
Elles peuvent jouer l’une pour l’autre. Et inversement.

Physiologie_du_mariage_ou_Méditations_d 344 Physiologie_du_mariage_ou_Méditations_d 428 Physiologie_du_mariage_ou_Méditations_d 429
Physiologie_du_mariage_ou_Méditations_d 344

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Balzac, Physiologie du mariage

  1. Tom dit :

    Je lis Balzac, tout Balzac, en francais — meme aux USA. Presque fini. Meditation xxv. Je suis fous? Mon edition est corrompu? Je lis l’article ci-dessus. Evidemment non. Merci!

    J’adore Google.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s